jeu. Jan 23rd, 2020

Martin Heidegger et Hannah Arendt

Spread the love

Ma chère !

Merci pour ta lettre. Si seulement je pouvais te dire combien je suis heureux avec toi, qui t’accompagne tandis que ta vie et ton monde s’ouvrent de nouveau. Je vois à ce jour le nombre de choses tu as comprises et combien tout est providentiel.

Personne ne réalise jamais l’importance de l’expérimentation avec soi-même et ainsi, tous les engagements, les techniques, la moralisation, les tentatives de fuite et la fermeture peuvent empêcher et entacher la providence.

Cette distorsion se produit parce que, malgré tous nos substituts pour la “foi”, nous n’avons pas de foi véritable en l’existence elle-même, et nous ne comprenons pas comment promouvoir celle-ci par nous-mêmes.

Cette foi en la providence n’excuse rien, et ce n’est pas une échappatoire qui me permettra d’en terminer avec la confrontation avec moi de manière facile. Seulement, cette foi — qui comme foi en l’autre est de l’amour — peut réellement permettre d’accepter “l’autre” dans son intégrité.

Comme je me rends compte combien la joie produite par le fait de te connaître est grande et en croissance, cela signifie que je crois en tout ce que tu vis et ce qu’a été ton histoire.

Je ne suis pas en train d’ériger un idéal, et je ne serai jamais tenté de vouloir t’éduquer ou tout autre chose s’apparentant à cela.

Par chance, toi, comme tu es et tu continueras d’être avec ton histoire, tu es cette personne que j’aime. L’amour fort pour le futur ne peut être qu’ainsi, pour ne pas être le plaisir éphémère d’un instant. C’est seulement ainsi que le potentiel de “l’autre” est remué et consolidé par les crises et les combats qui se présentent sans cesse.

Et une telle foi se garde bien de faire un mauvais usage de la confiance de “l’autre” en amour. L’effet de la femme et son être nous rapprochent de nos origines nous les hommes et nous sommes moins transparents et ainsi elle détient son caractère providentiel mais aussi essentiel.

Nous avons un effet seulement lorsque nous sommes capables de donner. Si le “cadeau” est accepté toujours immédiatement ou dans sa totalité, cela a alors très peu d’importance. Et nous, nous avons le droit d’exister seulement si nous sommes capables de ressentir son importance.

Nous pouvons donner seulement ce qui nous est demandé. Et cela est la profondeur dans laquelle je peux chercher mon propre être, qui détermine la nature de ma personne envers les autres.

Et cet amour est l’héritage gratifiant de l’existence, qui peut être. Et c’est ainsi que la nouvelle paix se répand sur ton visage, le reflet non pas d’un bonheur qui flotte librement mais plutôt de la résolution et de la bonté grâce auxquelles tu es complètement toi-même.

Ton Martin.